Julien Callé patron de L’auberge de L’Œuf dur

Hier, fresques et frasques

En bordure d’une voie médiévale, voire romaine, se dresse un corps de ferme au lieu-dit Brise-Bêche, situé dans une cour commune en U caractéristique de l’architecture briarde. Un certain Julien Callé, à partir de 1912, va y installer une auberge. Il est animateur au Lapin Agile, célèbre cabaret de la Butte Montmartre. C’est Frédéric Gérard, patron du Cabaret parisien et résidencier secondaire au hameau des Armenats à Saint-Cyr-sur-Morin, qui lui a fait connaître l’endroit. Il modifie l’aspect extérieur du bâtiment pour créer une réplique campagnarde du Lapin Agile. Les murs sont teints en rouge, les portes et fenêtres peintes en vert.
L’enseigne apposée sur la façade – une nymphe vaporeuse brandissant un œuf – s’est substituée au lapin montmartrois bondissant de la casserole. De larges ouvertures sont percées, semblables à celles des ateliers d’artistes. L’ensemble a un cachet. Montmartre-sur-Morin est né.
Callé donne alors libre cours à sa fantaisie ébouriffante. Il attribue à l’auberge un passé glorieux, chargé d’histoire : lieu de rendez-vous galant d’Henri IV et Gabrielle d’Estrée ; cour du marché aux andouilles de l’abbaye de Jouarre ; emplacement de la première guillotine de province ; chambre de Napoléon Ier à l’issue de la bataille de Montmirail…

Roger Guibert, Mauricette et Pierrot Guibert...

Des aubergistes bien peu communs...

C’est en 1926 que les parents de Pierre et Roger Guibert (6 et 15 ans) achètent l’Hôtel Moderne à la veuve de Georges Simon dont le fils Daniel (qui avait alors 18 ans) est aussi bien connu des Saint-Cyriens.
Il n’y a alors à La Moderne ni électricité (c’est l’époque des lampes à acétylène et à pétrole) ni eau courante. La clientèle est avant tout locale et le bar fait office de café, tandis que le restaurant accueille les mariages, banquets, baptêmes et repas d’enterrements. Une grande salle sert aux répétitions de l’harmonie municipale, aux bals ou aux séances de cinéma. On y mange de la tête de veau, du bœuf gros sel ou encore du pot-au-feu et l’hiver le repas est précédé d’un vin chaud aromatisé de cannelle !
En 1940, tandis que les parents sont sur les routes de l’exode, Pierre est affecté dans l’infanterie. Démobilisé en août et appelé dans les chantiers de jeunesse il revient à Saint-Cyr en février 1941. Réquisitionné en 1942 pour le STO, il s’en échappera, mais ne reviendra à Saint-Cyr qu’après la libération. Son frère Roger, plus âgé a été mobilisé dès 1939. Fait prisonnier en 1940 et envoyé en Prusse orientale, il ne reviendra que le 24 juillet 1945. Son père décédera au lendemain de son retour.

La place de Saint-Cyr dans les années 1960

Dans les années 60, la place était plus accueillante !

Aujourd’hui, parking mal fichu sans espace de convivialité pour les Saint-Cyriens comme pour les visiteurs, la place de l’église, au centre du bourg, mérite mieux. À proximité du Petit Morin et du petit pont de pierre qui l’enjambe, adossée à l’église Sainte-Julitte, bordée par un presbytère, quelques arbres et plusieurs commerces, cet endroit ne manque pourtant pas d’atouts.

Quelques premiers échanges avec les commerçants et les riverains dès octobre 2014 nous ont confortés dans l’idée qu’il fallait entamer rapidement une réflexion sur des aménagements qui rendent plus conviviaux la place d’une part, mais aussi l’ensemble de l’espace compris entre le Morin et la mairie. Nous avons donc contacté le CAUE (voir encadré) comme conseil et adressé un questionnaire à l’ensemble des riverains du centre bourg afin de recueillir des témoignages, expériences et idées.

Liens utiles

Plan interactif

Mairie de Saint-Cyr-sur-Morin

Avenue Daniel Simon
77750 - Saint-Cyr-sur-Morin

01 60 23 80 24

Envoyez-nous un e-mail